Jessica Calejo
Noel

Presse

À Saint-Alban, le bon réflexe de la photographe

Jessica Calejo, photographe, a créé Instant’Précieux, à Saint-Alban.
Jessica Calejo, photographe, a créé Instant’Précieux, à Saint-Alban. (Instant’Précieux)

Lecture : 3 minutes

Spécialisée dans la photo de grossesse et de famille, une jeune photographe de Saint-Alban a vu son activité s’arrêter presque du jour au lendemain, en raison de la covid. Elle a dû rebondir. Rapidement.

Vous réorientez votre activité de photographe. C’est lié à la covid ?

Jessica Calejo : « Je n’ai pas vraiment eu le choix. Lorsque je me suis installée, je me suis spécialisée dans la photo de grossesse, de bébés et aussi un peu de mariages. Et depuis mai, ça marchait très fort. J’étais vraiment contente. Mais le deuxième confinement est arrivé. Avec un agenda était quasiment complet pour novembre. Beaucoup de demandes de séances pour des cadeaux de Noël, aussi. C’était top. Et d’un coup, plus rien. De mon fait en plus, en partie. Car j’avais toujours quelques clientes qui me proposaient de venir travailler chez elles… Mais à partir du moment où on nous interdit de travailler à domicile pour raisons sanitaires, ce n’est pas pour se déplacer chez d’autres. Ce n’était pas franchement cohérent ! J’ai proposé des bons-cadeaux à la place, mais pour les photos, il va falloir attendre un peu… »À lire sur le sujetJessica Calejo, photographe, crée Instant’Précieux

Vous avez donc cherché une nouvelle corde à mettre à votre arc…

« Oui, pour faire de la photo immobilière. Ce n’est pas une idée tombée du ciel. J’ai eu de la demande, tout simplement. Ce que je comprends. Les professionnels de l’immobilier sont aussi dans une période un peu étrange. Le marché n’est pas arrêté. Ils peuvent continuer à vendre et à louer, mais les visites sont interdites. D’où une demande de plus en plus pressante à la possibilité de visites virtuelles. Et là, il est clair que pour mettre le bien en valeur, de bonnes photos feront immédiatement la différence. C’est quelque chose de difficile à faire, il faut du matériel, de l’éclairage… Je le proposais déjà quand j’ai lancé mon activité mais j’ai approfondi mon savoir-faire depuis, en particulier en faisant quelques formations. J’en ai encore suivi une, la semaine dernière ».PUBLICITÉÀ lire sur le sujetLes photographes toujours en mal de commandes

C’est une diversification, en somme ?

« Ça permet surtout à l’entreprise de continuer de fonctionner. Et avec un statut d’auto-entrepreneur, si vous ne travaillez pas, vous ne gagnez rien. C’est aussi simple que ça. Là, si on veut s’en sortir, il faut être agile. Et d’ailleurs je complète ma proposition immobilière par de la photo pour les entreprises. Avec là aussi des demandes. Les sites de vente en ligne sont en train de se multiplier.

« Ça permet surtout à l’entreprise de continuer de fonctionner. Et avec un statut d’auto-entrepreneur, si vous ne travaillez pas, vous ne gagnez rien ».

Et là encore, c’est mieux avec des photos qui donnent envie. Soit je me déplace, pour photographier sur place. Quand je suis seule dans la pièce avec les produits, avec le masque et toutes les précautions, pas de risques sanitaires. Soit on me dépose les produits ou les objets et j’utilise mon propre studio ».

Contact

Instant’Précieux, tél. 07 84 93 91 04 ; photos.jessyca@gmail.com https://assets.poool.fr/paywall.html

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *